Kindred veut rester en Norvège avec sa licence maltaiseFondé au cours de l’année 1997, le célèbre opérateur de jeux en ligne Kindred Group est coté à la bourse de Stockholm.

Il y a peu, l’autorité de régulation norvégienne baptisée Lotteritilsynet a infligé à sa filiale Trannel une amende de 1,198 million de couronnes norvégiennes, ce qui correspond à peu près à 114 640€, par jour à compter du 5 octobre prochain.

En effet, elle lui reproche d’accepter les joueurs du pays sans pour autant bénéficier de sa licence. Kindred Group s’apprête à faire appel de cette décision puisqu’il estime qu’une licence de Malte suffit.

Une amende injustifiée selon le PDG de Kindred Group

La récente amende infligée à Trannel par la Lotteritilsynet ne semble pas beaucoup plaire au Président Directeur Général de Kindred Group (Henrik Tjärnström). En effet, il a récemment annoncé que sa société allait faire appel de cette décision. En attendant, la plateforme de jeux Unibet concernée par cette sanction continuera à fonctionner normalement en Norvège.

Selon Henrik Tjärnström, l’amende n’est absolument pas justifiée puisque sa filiale Trannel n’est pas active en Norvège. C’est juste qu’elle accepte que les joueurs de ce pays qui le souhaitent puissent utiliser sa plateforme Unibet. Or, la législation de l’Espace Economique Européen permet justement de le faire puisque Trannel possède une licence de l’île de Malte en Mer Méditerranée.

Les actions de Lotteritilsynet à l’encontre de Kindred Group

Ce n’est pas la première fois que la Lotteritilsynet s’en prend à Trannel. Au cours du mois d’avril 2019 par exemple cette autorité de régulation avait déjà émis contre cette filiale une ordonnance de cessation d’activité. En effet, selon elle, il faut obligatoirement disposer d’une licence norvégienne pour accepter les joueurs de ce pays.

Elle considère donc que les opérations de Trannel en Norvège sont illégales. D’ailleurs, selon une enquête, la plupart des norvégiens qui sont membres de la plateforme Unibet ne savent pas qu’ils ne respectent pas la loi nationale.

Kindred Group s’est déjà retourné vers la justice par rapport à cette question. Néanmoins, le tribunal de district d’Oslo a rejeté son appel en juin dernier. C’est d’ailleurs ce même mois que la Lotteritilsynet l’a averti qu’il allait recevoir d’importantes amendes si sa filiale Trannel ne se décidait pas enfin à quitter la Norvège.

Une lutte qui a des implications bien réelles sur tout le marché européen des jeux en ligne

Malgré les difficultés, Kindred Group refuse d’abandonner la bataille qu’il mène en ce moment contre la Norvège. Il semble bel et bien décidé à aller le plus loin possible pour continuer à être présent dans ce pays, ce qui pourrait à terme bouleverser le marché des jeux en ligne en Europe. En effet, les implications de cette lutte sur l’ensemble de l’industrie sont bien réelles.

Si Kindred Group finit par gagner, cela permettrait potentiellement à tous les opérateurs titulaires d’une licence quelque part dans l’Espace Economique Européen d’accepter les utilisateurs de tous les pays qui en sont membres.

Il faut bien reconnaître que cette bataille se révèle très importante pour Kindred Group. En effet, la seule annonce de cette amende a fait chuté de 7,2% ses actions. Ainsi sa capitalisation boursière a perdu pas moins de 1,5 milliard de couronnes suédoises, soit environ 143 millions d’euros.

jouer